Cet article est issu du numé­ro 2 de Pays, consa­cré au Vercors.

Bar­ra­quand, l’homme et la bête

C’est l’histoire d’un petit che­val, tra­pu et rus­tique, une race endé­mique du Ver­cors dont il ne res­tait plus que quelques spé­ci­mens jusqu’à la fin des années 90. Un éle­veur, Jean-Louis Bar­ra­quand, a déci­dé de relan­cer la race. Aujourd’hui, ils sont à peine une dizaine à main­te­nir le che­val de Bar­ra­quand, prin­ci­pa­le­ment des­ti­né à l’agriculture et à la viticulture.

Béné­dicte Jean­deaud & Neal Badache

Les che­vaux de Fran­çois Lejeune, pré­sident de l’association che­val du Ver­cors de Bar­ra­quand, trans­hument. La migra­tion pério­dique fait par­tie inté­grante de la race. — Neal Badache

C’est l’histoire d’une race équine endé­mique des pla­teaux du Ver­cors, vouée à dis­pa­raître et sans cesse por­tée à bout de bras pour sau­ver la lignée de l’extinction. Un petit che­val, qui résiste sur une terre de résistant·es. Sa sur­vie ne tient qu’à la volon­té d’un homme, Jean-Louis Bar­ra­quand, décé­dé à l’été 2021, peu après notre ren­contre. L’animal porte le même nom : on l’appelle le che­val du Ver­cors de Barraquand.

En ce matin d’avril, les sabots d’une dizaine de juments du Ver­cors de Bar­ra­quand s’enfoncent dans les gra­viers d’un che­min quit­tant le vil­lage de Saoû en direc­tion de Ver­che­ny, aux pieds de la mon­tagne. Les bêtes au pelage de la cou­leur du labour avancent d’un bon pas. Les pre­miers rayons du soleil de prin­temps accom­pagnent le trou­peau qui s’engage, comme aux pre­miers temps, dans une trans­hu­mance et un chan­ge­ment de pâtu­rage pour pré­pa­rer la sai­son chaude. La sonnaille1 de la meneuse rap­pelle l’époque ancienne, lorsqu’au siècle der­nier, Jules Bar­ra­quand condui­sait des hordes de deux cents bêtes sur les pla­teaux du Ver­cors. Il fal­lait alors plu­sieurs jours pour quit­ter la Plaine de la Crau où les équi­dés pas­saient l’hiver et rejoindre le Font d’Urle et ses hauts prés d’herbe grasse et verte pour l’été. Ce matin-là, c’est Fran­çois Lejeune, éle­veur mili­tant de che­vaux du Ver­cors de Bar­ra­quand, qui per­pé­tue la tra­di­tion avec son petit chep­tel. Bien sûr, le…

[…]
Vous pou­vez com­man­der la revue papier pour ter­mi­ner votre lecture.

Pays est une revue indé­pen­dante, sans publi­ci­té, édi­tée par ses quatre cofon­da­teurs et cofon­da­trices. Tous les six mois, Pays, la revue qui nous entoure, s’intéresse à un nou­veau ter­ri­toire pour faire mieux que décou­vrir : comprendre.

Livrai­son gra­tuite dans le monde entier.

Der­rière cet article…

Béné­dicte Jeandeaud

Jour­na­liste indé­pen­dante pour la presse natio­nale, Béné­dicte col­la­bore avec Le1hebdo, Le Monde des Reli­gions, la revue Ultreïa !, Sport&Style, Libé­ra­tion. Ses repor­tages traitent prin­ci­pa­le­ment de sujets de socié­té ou sont le fruit de ren­contres singulières.

Neal Badache

Pho­to­jour­na­liste, Neal s’intéresse par­ti­cu­liè­re­ment aux mino­ri­tés humaines et sociales. Il col­la­bore avec Le Monde des Reli­gions, La Croix, l’Équipe Maga­zine, la revue Ultreïa !, Pèle­rin maga­zine et La Vie. Il concentre aujourd’hui son tra­vail sur des sujets au long‑cours.