Cet article est issu du numé­ro 2 de Pays, consa­cré au Vercors.

Le Pays de…

Daniel Pen­nac et Véro­nique Le Normand

Voi­là près de qua­rante ans que Daniel Pen­nac et Véro­nique Le Nor­mand, duo lit­té­raire, ont élu domi­cile dans le Ver­cors pour une par­tie de l’année. Leur rela­tion fusion­nelle exal­tée par le pla­teau, le couple s’est enti­ché pro­fon­dé­ment de ce ter­ri­toire iso­lé du bruit.

Manon Boquen & Benoît Michaëly

Daniel Pen­nac et Véro­nique M. Le Nor­mand nous invitent dans leur ter­rain d’écriture et d’explorations cal­caires. — Benoît Michaëly

Cha­pitre 1 : le jar­din de vassieux

~ Nichée entre deux ver­sants, Vas­sieux-en-Ver­cors s’anime en cette fin d’été drô­mois. Dans cette com­mune d’un peu plus de 300 âmes du Ver­cors his­to­rique, le vent souffle, tapa­geur. Rava­gée par les Alle­mands en 1944, per­sua­dés de l’existence de bas­tions de résis­tants sur­ar­més, elle cache aus­si, au-delà de routes sinueuses, une mai­son. La « Grosse » comme l’appellent Daniel et Véro­nique — plus connue sous le nom de Minne — donne sur le pla­teau et ses herbes hautes une vue épous­tou­flante. Là, au centre du jar­din, l’auteur et l’autrice s’installent et papotent.

DANIEL Minne a une consan­gui­ni­té géo­gra­phique avec le Ver­cors. Une his­toire fami­liale : son oncle a fait la résis­tance.
VÉRO­NIQUE OU MINNE Oui, mon oncle Roger Petit-Pierre était résis­tant non loin de là. Pour ma part, je suis bre­tonne native de Quim­per. Daniel et moi avons long­temps vécu à Bel­le­ville à Paris avant de nous ins­tal­ler près du Père-Lachaise. Il y a quelque chose entre Bel­le­ville, la Bre­tagne, le Ver­cors. Des rap­ports d’affinités.

Qu’est-ce qui rap­proche ces trois ter­ri­toires que vous connais­sez bien ?
MINNE Il y a un truc, le vent que l’on res­sent en ce moment.
DANIEL Ici, on se croi­rait sur une île, mais sans la mer. Nous sommes sur un pla­teau de 60 kilo­mètres de long sur 30 de large, à une alti­tude moyenne de 1 000 mètres avec des petits pics comme les 2 400 mètres du Grand Vey­mont. De part et d’autre, il y a d’immenses à‑pics qui tombent dans le Royans, dans le Diois. Quand tu es sur le pla­teau, tu as la sen­sa­tion d’être seul.

Des lieux des envi­rons vont ont-ils don­né cette sen­sa­tion ?
DANIEL La plaine de la Quey­rie. C’est une plaine dans laquelle un seul arbre a sur­vé­cu, un pin un peu bifide au milieu. Si Gio­no l’avait vue cette plaine, on aurait eu droit à 200 pages de descriptions.

Pour­quoi ne l’avez-vous pas faite ?
DANIEL Mal­heu­reu­se­ment, je ne suis pas Giono.

Inter­lude

Le Ver­cors, c’est aus­si le cal­caire. Qu’est-ce que vous aimez dans cet élé­ment ?
DANIEL L’intérêt pour Minne et moi, ce sont les aspects poly­morphes et anthro­po­morphes de cette roche, qui forme des pay­sages uniques, les scia­lets : des gouffres.
MINNE Daniel et moi, nous aimons nous pro­me­ner dans les envi­rons. En mar­chant, on trouve des silex natu­rels, des pierres avec des formes par­ti­cu­lières. Pen­dant long­temps, nous en rame­nions après nos balades.

~ Cer­taines sont expo­sées dans un jar­din aux allures japo­naises don­nant vue sur le sud du ter­ri­toire. Le couple nous invite à entrer dans la mai­son, où des pierres, que les amou­reux ont toutes nom­mées, sont pré­sen­tées sur la cheminée.

DANIEL Avec cette col­lec­tion, on voit le côté poly­morphe du cal­caire. Ici, par exemple, c’est l’acteur Michel Aumont. Ce n’est pas votre géné­ra­tion, mais je peux vous assu­rer que c’est son sosie, c’est même lui d’ailleurs.

Rame­nez-vous encore des pierres aujoud’hui ?
MINNE Quand ça se pré­sente oui, mais on est deve­nus plus exi­geants avec le temps.
DANIEL Ce sont des enfan­tillages… mais quand même, ça compte.

[…]
Vous pou­vez com­man­der la revue papier pour ter­mi­ner votre lecture.

Pays est une revue indé­pen­dante, sans publi­ci­té, édi­tée par ses quatre cofon­da­teurs et cofon­da­trices. Tous les six mois, Pays, la revue qui nous entoure, s’intéresse à un nou­veau ter­ri­toire pour faire mieux que décou­vrir : comprendre.

Livrai­son gra­tuite dans le monde entier.

Der­rière cet article…

Manon Boquen

Jour­na­liste pigiste depuis quatre ans pour la presse maga­zine natio­nale (M le maga­zine du Monde, Télé­ra­ma, La Vie, L’Express, Le Pèle­rin…), Manon raf­fole de sujets de socié­té. Elle vit à Dinan, et est la fon­da­trice et rédac­trice en chef de Pays.

Benoît Michaë­ly

Benoît est cinéaste et pho­to­graphe. Sou­vent à vélo, tou­jours en TGV, il aime impri­mer les ter­ri­toires qu’il tra­verse. Lyon­nais, il est l’iconographe de Pays et appré­cie tra­vailler avec des pho­to­graphes aux styles très différents.