Numé­ro 2

Le Ver­cors

Le saut à l’élastique, nous ne l’avons pas ten­té. Mais le plon­geon dans les contre­forts du Ver­cors, si. À che­val sur la Drôme et l’Isère, le parc natu­rel pro­fite d’un cadre à cou­per le souffle. L’équipe de Pays l’a arpen­té en s’interrogeant sur celui que l’on nous a sou­vent décrit comme une île sans la mer. Enquêtes, repor­tages, por­traits écrits et pho­to­gra­phiés, il est temps de le sillon­ner pour mieux l’appréhender.

Pays est impri­mé à Lan­der­neau (Finis­tère) sur du papier cer­ti­fié FSC.

Livrai­son gra­tuite dans le monde entier.

Au som­maire

Mar­jo­laine Koch & Sté­pha­nie Nelson

L’i­mage de la Résis­tance colle à la peau du Ver­cors. Mais com­ment les habitant·es évoquent-ils ce pas­sé dou­lou­reux ? Dif­fi­ci­le­ment. Pour­tant, même si les langues se délient peu, l’ap­pel­la­tion « Ver­cors » a la cote : après la Seconde Guerre mon­diale, des com­munes du mas­sif se sont mises à la reven­di­quer, alors que cinq la pos­sé­daient ori­gi­nel­le­ment. Der­rière cette volon­té de s’approprier le nom, l’envie de béné­fi­cier de l’image héroïque du ter­ri­toire lais­sée par les années de Résistance.

Le Covid nous oblige à voya­ger « local ». La ran­don­née, sport natio­nal de la région, est en plein boom. À tra­vers ce repor­tage en marche iti­né­rante, nous décou­vrons les pay­sages du Ver­cors mais aus­si celles et ceux dont nous croi­sons le che­min. De pas­sage ou habitant·es de longue date, ils et elles sont les témoins de cet engoue­ment pour leur territoire.

Prune Vel­lot & Alain Doucé

L’éco-garde Michel Morin est res­pon­sable de l’équarrissage pour le Parc Natio­nal Régio­nal du Ver­cors : il nour­rit les vau­tours une fois par semaine dans le Diois, mais recherche des cha­rognes dans l’ensemble du parc le reste du temps.

Quen­tin Gué­roult & Sophie Rodriguez

Le Ver­cors a été, durant une grande par­tie du XXe siècle, un haut-lieu du cli­ma­tisme en France : une doc­trine qui dit trai­ter les mala­dies infec­tieuses par les bien­faits du cli­mat. Aujourd’hui, alors que « les maux ont chan­gé », le ter­ri­toire veut relan­cer cette pra­tique. la Com­mu­nau­té de com­munes du Ver­cors l’a bap­ti­sée « nou­veau cli­ma­tisme. » Coup mar­ke­ting ou véri­table solu­tion de san­té publique ?

Élo­die Potente & Estelle Pereira

Plu­sieurs cen­trales vil­la­geoises ont fait leur appa­ri­tion dans le Ver­cors. À l’initiative des citoyen·es, elles per­met­traient à terme une auto­suf­fi­sance éner­gé­tique de ces territoires.

Cla­ra Robert-Mot­ta & Vic­tor Point

Entre négli­gences, manque d’investissements, besoin d’attractivité et actions de militant·es anti-5G, la bataille de la connexion fait rage dans la région. L’op­po­si­tion arbore même de nou­velles cou­leurs depuis le mou­ve­ment des Gilets Jaunes.

Voi­là près de qua­rante ans que Daniel Pen­nac et Véro­nique Le Nor­mand, duo lit­té­raire, ont élu domi­cile dans le Ver­cors pour une par­tie de l’année. Leur rela­tion fusion­nelle exal­tée par le pla­teau, le couple s’est enti­ché pro­fon­dé­ment de ce ter­ri­toire iso­lé du bruit.

Béné­dicte Jean­deaud & Neal Badache

C’est l’histoire d’un petit che­val, tra­pu et rus­tique, une race endé­mique du Ver­cors dont il ne res­tait plus que quelques spé­ci­mens jusqu’à la fin des années 90. Un éle­veur, Jean-Louis Bar­ra­quand, a déci­dé de relan­cer la race. Aujourd’hui, ils sont à peine une dizaine à main­te­nir le che­val de Bar­ra­quand, prin­ci­pa­le­ment des­ti­né à l’agriculture et à la viticulture.

Nico­las Che­vas­sus-au-Louis & Sté­phane Le Bourhis

Jean Pré­vost était un offi­cier du maquis. Il y reste caché avec sept hommes et une femme, la légen­daire résis­tante Léa Blain, dans une grotte sur­plom­bant La Cha­pelle-en-Ver­cors : la grotte des Fées. Août 1944, jugeant la pres­sion alle­mande moins forte, les neuf maquisarde·es décident de rejoindre la val­lée. Toutes et tous sont tué·es, sauf Simon Nora par qui leur récit nous sera transmis.

Car­lot­ta Mor­teo & Alexa Brunet

Défen­seure du loup, du renard ou du blai­reau, l’ASPAS s’attaque depuis 40 ans aux pra­tiques de chasse abu­sives. L’association pour la Pro­tec­tion des Ani­maux Sau­vages a aus­si acquis en quelques années 1 200 hec­tares de terres pour les lais­ser en « libre évo­lu­tion. » Des havres de tran­quilli­té, où toute inter­ven­tion humaine est inter­dite. Son der­nier coup, très contro­ver­sé : le rachat d’un domaine de chasse en enclos, en plein cœur du Vercors.

Cla­ra Robert-Mot­ta & Vic­tor Point

La mater­ni­té de Die a fer­mé. C’est, semble-t-il, irré­mé­diable, mal­gré les com­bats des habitant·es et des soignant·es. Aujourd’hui, la ville et ses envi­rons s’en remettent dou­lou­reu­se­ment, avec la ques­tion, en sus­pens, du futur de l’hôpital.

Cahier cultu­rel

Gaë­tan Goron, Fran­çoise Teis­sier, Jean-Marc Clerc, Sophie Ros­si­gnol et Ele­na Koch

Les pro­jets artis­tiques ou archi­tec­tu­raux qui ont mar­qué et marquent encore le Ver­cors de leurs empreintes, mais aus­si des jeux à compléter.

Flo­rian Espa­lieu & Pablo Chignard

L’é­le­veuse a repris l’exploitation de son père il y a deux ans et son trou­peau s’est fait atta­quer par le loup à deux reprises au prin­temps der­nier. Mal­gré tout, elle garde un dis­cours mesu­ré, tout en ten­tant de remon­ter la pente autrement.

Cla­ra Robert-Mot­ta & Vic­tor Point

Elles ont peut-être leur confré­rie, mais aus­si leur grand groupe, Saint-Jean. Car les ravioles, si popu­laires dans le Ver­cors, tentent d’essaimer sur le ter­ri­toire fran­çais. À quel prix ?

Ayme­ric Guit­tet & Arthur Delicque

À Méaudre, Chris­tophe retape des chaus­sons d’escalade envoyés des quatre coins de la France. Découpe de gommes, coups de mar­teau, cou­ture… avec sa com­pagne Noëlle, il redonne vie à plus de 6 000 paires par an. Leur métier fait rêver, mais à 50 ans, la dure­té phy­sique de leur tra­vail les consume, et ils n’ont jamais trou­vé d’assistant·e à la hauteur.

Flo­rian Espa­lieu & Pablo Chignard

Saint-Nizier-du-Mou­che­rotte sur­plombe Gre­noble ; à une tren­taine de kilo­mètres, le trem­plin du Cla­ret, et enfin la piste de Villard‑de‑Lans. Trois sites nés dans la gloire inter­na­tio­nale qui connaissent aujourd’hui des des­tins dif­fé­rents : le pre­mier est aban­don­né, le deuxième a pris un virage tou­ris­tique et le troi­sième a été rache­té par un ancien ath­lète olympique.

Ange­la Bolis & Adrien Mathon

En juin 2020, deux vau­tours, des jeunes gypaètes, ont été ins­tal­lés sur une falaise du sud du Ver­cors. Leur sort est désor­mais scru­té de près, tout comme celui de la dizaine d’individus réin­tro­duits depuis 2010 dans le mas­sif. Ces réin­tro­duc­tions font par­tie d’un pro­gramme euro­péen de sau­ve­garde de cette espèce emblé­ma­tique, plus grand vau­tour du conti­nent, sur­nom­mé le « cas­seur d’os ».

Quen­tin Gué­roult & Sophie Rodriguez

Avec ses petites routes de mon­tagne sinueuses, le Ver­cors est un ter­rain de jeu idéal pour les pilotes de ral­lye. Le Ral­lye de la Drôme s’y tient tous les ans. Celui du Monte-Car­lo y est pas­sé de nom­breuses années. On y voit des pilotes de renom s’y entraî­ner. Le Ver­cors, terre de ral­lye, jusqu’à quand ?

Pau­line Bou­let & Aimée Le Goff

C’est sur le Mont-Aiguille qu’est né l’alpinisme en 1492. En 2019, trois hommes ont déci­dé de le des­cendre à skis. Par­mi eux, Robin. Ori­gi­naire de Cler­mont-Fer­rand, il est obsé­dé par cette mon­tagne qu’il a déjà grim­pé dix-sept fois. Son por­trait et le récit de son obses­sion pour le Mont-Aiguille, appe­lé un temps « Mont Inac­ces­sible », nous plongent dans les abîmes d’une mon­tagne qui a tou­jours fasciné.

Livrai­son gra­tuite dans le monde entier.