Géo­gra­phie de la cor­neille de Belleville

Géo­gra­phie de la cor­neille de Belleville

La cor­neille traverse la rue Jean-Pierre-Timbaud d’un pas assuré. Elle jette un coup d’œil aux per­sonnes qui font la queue devant la bou­lan­ge­rie. Aucune d’entre elles ne semble l’avoir remar­quée. Alors seule­ment, elle pose sa patte fer­me­ment sur un papier de...
Ren­contre avec Denis Blot, le sale c’est les autres

Ren­contre avec Denis Blot, le sale c’est les autres

Puisque nous allons parler de propreté et de saleté, comment peut-on définir un déchet ? Il y a une défi­ni­tion offi­cielle et légale du déchet, qui n’est pas celle qu’utilisent les socio­logues. Selon elle, c’est un objet aban­don­né ou voué à l’abandon par son...
La valse du marché de Belleville

La valse du marché de Belleville

À bien y regarder, on dirait que seuls les camions bariolés se reposent de chaque côté du terre‑plein qui sépare le bou­le­vard de Bel­le­ville. Au milieu, en cette fin de matinée hiver­nale, c’est la cohue. Des caddies qui se bous­culent, des clé­men­tines tâtées...
Une autre jeunesse chrétienne

Une autre jeunesse chrétienne

Si l’on n’y prenait garde, en remon­tant la rue de Ménil­mon­tant, on pourrait presque ne pas remar­quer la discrète devan­ture rouge foncé, coincée entre une boutique et un cabinet médical qui ont baissé leur rideau. Le mur adjacent a été repeint, mais, il y a encore...
Le ballon rouge et noir

Le ballon rouge et noir

La grille à moitié des­sou­dée se tord sous le poids d’une grappe de sup­por­ters, dans le chahut des cris, des drapeaux rouges et noirs et des bras qui s’agitent en direc­tion des joueurs venus célébrer le but avec la tribune. C’est le bordel. Un fumigène craque,...
Demain, se loger

Demain, se loger

« Gen­tri­fi­ca­tion », le mot est apparu un matin de janvier, tagué en noir sur la façade d’une ancienne fabrique de fleurs en tissu, des­ti­nées à la haute couture et aux décors de théâtre. Racheté il y a quelques années par la Ville de Paris, ce bâtiment en brique...
Le vernis s’écaille

Le vernis s’écaille

Tandis que le vent de janvier se réveille, la nuit et de fines gouttes de pluie tombent sur la rue des Cou­ronnes. Les vitres opaques sous la devan­ture rose pétante ne laissent pas deviner l’effervescence de ce local de Bel­le­ville. À l’intérieur, les « ma chérie »...
Bars et cafés kabyles, fin de transmission

Bars et cafés kabyles, fin de transmission

Ce matin d’hiver, le jour n’est pas encore tout à fait levé. Au début de la rue de Bel­le­ville, de grandes lettres en néons rouges — « Aux Folies » — indi­quant le nom du bar, tranchent avec la pénombre. Il est à peine 7 heures 30, et malgré le froid glacial, une...
La rue Dénoyez face aux murs

La rue Dénoyez face aux murs

Étroite avenue pavée proche du métro Bel­le­ville, la rue Dénoyez ne se contente pas de relier les Folies et La Cantine de Bel­le­ville, deux ins­ti­tu­tions locales. Très appré­ciée des tou­ristes et des influen­ceurs et influen­ceuses, on peut souvent y espion­ner...
Rue Ram­po­neau, der­nières barricades

Rue Ram­po­neau, der­nières barricades

Dif­fi­cile d’imaginer aujourd’hui que c’est ici, rue Ram­po­neau, que s’est joué le sau­ve­tage entier du bas Bel­le­ville, tant son ambiance actuelle paraît paisible. Depuis le milieu du bou­le­vard de Bel­le­ville, cette petite rue pavée file tout droit jusqu’à une...